"La vie des morts consiste à survivre dans l'esprit des vivants" - Cicéron

 

 La crémation : mode d'obsèques



L'origine de la crémation se confond avec celle des civilisations. Elle est née dès que l'homme a su maintenir le feu. Les premières traces de crémation apparaissent dès la période néolithique.

Aujourd'hui, l'histoire de la crémation consiste en la transformation décente et hygiénique du corps et des cendrs grâce à des équipements spécialement conçus à cet effet.

Les cendres ne polluent ni le sol, ni les eaux d'infiltration, ni l'air que nous respirons. Elles peuvent être conservées dans un colombarium, un caveau, une cavurne ou dispersées dans un espace cinéraaire ou dans tout autre lieu (sauf sur les voies publiques).

La crémation donne à la cérémonie des obsèques à la fois, discrétion, simplicité et dignité. Elle permet le recueillement des familles et des amis du défunt ainsi que le déroulement laïque ou religieux de leur choix.

La cérémonie permet de personnaliser l'accueil, la séparation et l'hommage rendu au défunt en favorisant son souvenir.

De nos jours, plus de 45 % des français sont favorables à ce mode de funérailles. Ce chiffre reste très inférieur à celui de certains pays (Japon, Grande-Bretagne, Inde...) où la pratique de la crémation est ancienne, culturellement admise, pouvant atteindre la proportion de 97 %.

En France, le nombre de crématoriums est actuellement de 140 dont 13 en Ile de France;